La grotte de la Cocalière

Tout l’été, permanents ou saisonniers accueillent les visiteurs sur les sites touristiques en Cévennes. Á Courry, rencontre avec ceux qui font vivre la grotte de la Cocalière.

Le panneau est clair : voilà l’une des trois plus belles grottes de France. « C’est un slogan déposé depuis 1999. Ce sont les mots des visiteurs. Les gens le disaient souvent », pointe Christophe Bouquet, le cogérant de ce scintillant joyau souterrain niché aux confins du Gard et de l’Ardèche. Six millions d’années d’histoire restent gravées dans la roche. Pour faire tourner cette petite machine familiale, une trentaine d’employés est à pied d’œuvre. Lumière.

Un joyau à découvrir

C’est leur trinité à eux. Il y a eu le père. Il y a les fils et puis les saisonniers. Le premier, Christian Bouquet, a découvert dans les années cinquante une nouvelle partie du site souterrain de la Cocalière, connu depuis le XIXe siècle. Avec André Marti, un autre membre de la société de spéléologie et de la préhistoire Gard Ardèche, ils décident alors de l’ouvrir aux visiteurs. Un joyau, ça ne se garde pas caché. Ils aménagent alors les galeries et la grotte ouvre ses portes en 1967. Les enfants de la famille Bouquet font vivre aujourd’hui la magie de la descente sous terre aux nombreux touristes et passionnés qui s’y pressent chaque été. Une vraie descente aux confins de la Terre, là où le monde minéral s’exprime enfin dans toute sa splendeur abyssale.

Troisième famille : les employés. Qu’ils soient guides ou vendeurs, ils sont tous au service des touristes qui viennent nombreux – 120 000 chaque année – dans ce lieu enchanteur aux alentours de Courry. Des Français en majorité (environ 65 %) mais aussi beaucoup d’étrangers, Hollandais pour la plupart. Parfois des Allemands. Quelques Espagnols, moins nombreux. Tous profitent de la fraîcheur (14°) de cette promenade sous terre. Mais le voyage dans les galeries est aussi synonyme de plongée à travers les siècles, au gré de la roche. La Cocalière est surtout connue pour son relief karstique étonnant. Stalactites et stalagmites à volonté.

Un record de France

Au-delà de tout l’intérêt scientifique de la grotte, elle est aussi le théâtre de nombreux événement culturels et médiatiques. En 1985, Nicolas Hulot débarque avec toute son équipe pour un numéro d’Ushuaia mémorable. En 1992, Pascal Barrier établi un nouveau record de France : 113 jours sous terre. À l’automne 2013, cette histoire a encore eu des répercussions inattendues. La Cocalière est la vedette d’une émission de Michel Cymes, le docteur House du PAF et d’Adriana Karambeu : Les exploits du corps humain. Laurent Ornac, l’acteur de Camping Paradis, est aussi descendu au fond pour un show d’impro. Tout comme le flûtiste virtuose Diego Modena. En avril, l’Argentin est descendu au fond de la grotte pour un concert… avec des flûtes originelles. Chaque fois, un troublant voyage dans les entrailles de la terre.

# Pratique : A Courry, la grotte est ouverte de 10 h à 18 h. Tarifs : 9,5 €, 7,5 € de 6 à 12 ans. Gratuit pour les moins de 6 ans. Réservations au 04 66 24 34 74. 

Son histoire a débuté il y a 35 millions d’années (Eocène, Ere tertiaire) et se poursuit de nos jours car la Cocalière est une grotte vivante, c’est-à-dire toujours en formation.  Voir le site

Téléchargez notre dépliant (Pdf 3Mo)

Présentation de la grotte de la Cocalière en MP3