Fermée le 13 mars, la bibliothèque du village a rouvert ses portes mercredi dernier.

L’occasion de revenir sur la genèse d’un lieu et sur une initiative originale: le printemps des poètes.

La bibliothèque du mas Coste

Instaurée par Ginette Roussel, la bibliothèque de Courry fut tenue par Laurence Abeille de 2001 à 2013. En 2008, la bibliothèque déménage du bâtiment municipal vers deux salles du rez-de-chaussée d’un mas privé, situé au lieu-dit les Plots: le mas Coste. « L’installation primaire, nichée à l’étage de la mairie, posait un problème d’accès pour les personnes âgées » nous fait savoir Laurence Bernard, active dans différentes associations du village.

La bibliothèque compte à ce jour une cinquantaine d’adhérents. Lors de sa réouverture le 3 juin, deux bénévoles portaient des masques pour accueillir les habitants. Ici, les livres les plus empruntés restent les romans et les policiers. Une diversité étonnante anime cependant cet espace convivial. Il est alimenté par 450 documents divers remis trois fois par an par le bibliobus de la bibliothèque départementale ainsi que par les choix réalisés par les bénévoles. Comme le veut l’adage, les adhérents ont aussi droit au chapitre via un cahier de doléances. Si la bibliothèque fut également tenue par Corinne Hugerot et Aurélie Bezeau, ce sont actuellement six bénévoles qui sont aux commandes en attendant le recrutement par pôle emploi d’un nouvel employé. La mairie alloue chaque année un montant à ce centre culturel de premier ordre.

 

Le printemps des poètes

 

C’est Laurence Abeille qui participe à la mise en place de cet évènement en 2010. Un rendez-vous encouragé par l’Etat en 1998. En dehors de l’affichage d’une trentaine de poèmes sur les jolies portes du village, des évènements sont organisés chaque printemps. En 2010, un spectacle fut monté sur le thème « Couleurs femmes » et en 2015 un autre sur « l’insurrection poétique ». Chaque printemps, des lectures se tiennent à la bibliothèque.

Cette année, le printemps des poètes a été mis à mal par la pandémie. Néanmoins et comme à chaque édition, les poèmes seront laissés tout l’été sur les portes, « afin que les touristes puissent en profiter » nous fait remarquer Laurence Bernard. Un thème de ballade qui mènera, durant une demi-journée, les visiteurs dans les rues du village et de ses deux hameaux.

2 pièces jointes

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.