La résidence-atelier de Kiefer à Barjac ouvre au public

PAR PAUL BÉRAT · LEJOURNALDESARTS.FR

LE 13 AVRIL 2022 

BARJAC

Pendant plus de 20 ans, l’artiste a aménagé à sa façon ce domaine dans le Gard devenu un parc de sculptures et d’installations.

C’est un endroit à nul autre pareil. La Fondation Eschaton Anselm Kiefer a annoncé l’ouverture au public du site de La Ribaute, résidence-atelier de l’artiste Anselm Kiefer à Barjac (Gard).

Domaine d’une quarantaine d’hectares, La Ribaute est « l’épicentre » du travail créatif d’Anselm Kiefer (77 ans). L’artiste allemand l’achète en 1993 pour en faire un lieu de vie, de création et d’exposition. A son arrivée, il n’y avait que les terres et les bâtiments d’une ancienne filature. Aujourd’hui la Ribaute se compose de « plus de soixante-dix espaces d’art reliés par un réseau complexe de chemins, de tunnels et de cryptes ».

Le site est à l’image du travail d’Anselm Kiefer. Gigantesque. Il intègre divers médias dont la peinture et la sculpture. Il explore la « condition humaine et la nature cyclique de l’histoire ». Il y a des tanks en terre, un lac artificiel, des serres en verre, des tours en béton et des escaliers qui pointent vers le ciel. Aux abords, les herbes sont hautes. Comme si les lieux étaient abandonnés.

La cohabitation avec les quelques 1 500 habitants de la commune de Barjac n’a pas toujours été simple. Les relations ont d’abord été cordiales : l’artiste s’est marié avec Renate Graf à la mairie du village, et a scolarisé ses deux enfants à l’école voisine. Puis elles se sont distendues. Quand Anselm Kiefer a voulu agrandir son domaine, les chasseurs de la région s’y sont opposés. Quand ses tours en béton se mirent à pousser, les habitants se sont plaints de devoir, eux, demander des autorisations pour des chantiers plus modestes.

Créée par l’artiste en 2016, pour organiser et conserver ses archives, la Fondation Eschaton Anselm Kiefer est aujourd’hui propriétaire de La Ribaute. Pour la rendre « accessible aux visiteurs du monde entier tout en la préservant pour la postérité en tant que manifestation extraordinaire de la créativité humaine ». L’ouverture au public était prévue pour mai 2021, mais la pandémie de Covid-19 a reculé d’un an l’échéance. Le site ouvrira en mai 2022, uniquement au printemps et en été

« Vue la taille du site qui n’a pas été pensé pour accueillir des visiteurs et le besoin d’expliquer la vision de l’artiste, nous commencerons avec des groupes de dix-huit personnes. La visite guidée durera deux heures et demie », précise Waltraud Forelli, qui administre les lieux.

Il y a peu à peu édifié des installations spectaculaires (souterrains, tours, amphithéâtre) pour abriter ses sculptures et peintures.

Après discussion avec les autorités françaises, la Fondation Eschaton-Anselm Kiefer, de droit autrichien, a été créée en 2017 pour assurer la pérennité de ce vaste ensemble et de l’œuvre de l’artiste.

« Je souhaite donner Barjac à une fondation franco-allemande et l’ouvrir au public.  » Anselm Kiefer

1 commentaire sur “La résidence-atelier de Kiefer à Barjac ouvre au public”

  1. Le problème de l’art actuel est le même que celui du nucléaire, c’est le stockage des déchets.

Publier un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.