Une fresque d’Anselmo Ramirez sur Bessèges

Originaire de Courry, Anselmo Ramirez est un enfant du pays, des Cévennes. Ses influences artistiques sont nombreuses voire innombrables mais il cite volontiers : Diego Rivera, Frida Kahlo, Magritte, Botéro… Rien d’étonnant donc si le style de ses fresques se révèle être un mélange d’onirisme, de naïveté, de réalité magique.

Celle qu’il a réalisée sur les parois du transformateur de la place Jean-Jaurès est parsemée de références, de symboles, d’allégories, de particularités… Est-ce lui qui est représenté faisant bonne figure, à côté de l’école Hector-Malot, les pieds bien ancrés sur terre mais la tête dans les étoiles, entouré sur un côté par la représentation d’un épisode cévenol, et sur l’autre par celle d’un bois de châtaigniers avec leur emblématique fruit ? Cet artiste courriol est aussi un musicien, un accordéoniste dont l’une des particularités est de jouer masqué.

 

Alors allez savoir : son œuvre cache-t-elle quelques secrets ou bien, simplement, est-ce l’une de ses surprises, l’un de ces éléments décoratifs de plus en plus nombreux, qui d’ici de là, agrémentent la ville ? En tout cas, à suivre !

Correspondant Midi Libre : 06 33 19 01 73

Publier un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.