Maxime Sojka étudie les reptiles sur le site de la grotte de La Cocalière

Publié le  , mis à jour 

La couleuvre de Montpellier est chez nous l’unique représentant d’un groupe de serpents originaire d’Afrique et apparenté au Cobra. Dans le Midi, il apparaît comme le symbole du patrimoine naturel. C’est à La Cocalière, dans les zones ensoleillées, rocailleuses et abritées des vents, que le jeune Maxime Sojka (bientôt 16 ans) a effectué son stage avant les vacances de la Toussaint. Une passion pour les reptiles qui l’a gagné dès sa prime enfance et qui ne l’a plus lâché depuis. “Lorsqu’il avait 8 ans, je l’ai surpris avec une couleuvre de 80 cm sous son oreiller”, confie sa maman.

Maxime a lancé SOS serpent

Durant son stage, l’adolescent s’est limité à répertorier les endroits potentiellement intéressants. Il reviendra au printemps, pendant la période de reproduction pour évaluer la population présente.

 Rien que sur la journée de lundi, j’ai vu trois couleuvres de Montpellier le matin et deux autres l’après-midi, dans des zones limitrophes de la départementale, explique l’adolescent. Le premier prédateur des reptiles est l’homme et surtout la voiture. 

Depuis le mois de juillet, Maxime a lancé SOS serpent.  Je suis disponible pour toutes les personnes qui trouvent un reptile dans leur jardin “, fait-il savoir.

Cela a été le cas cet été où un particulier l’a appelé après avoir découvert une couleuvre à échelons sur son muret. Il s’y est rendu à vélo, l’a capturée et après deux jours d’étude dans l’un de ses terrariums, l’a relâchée dans un biotope moins risqué.  Les personnes qui souhaitent les observer doivent s’armer de patience et persister “, insiste-t-il. Si Maxime passe actuellement son brevet pour piloter des ULM à Aubenas, il souhaite naturellement devenir herpétologue mais aussi policier de l’environnement.

Maxime est disponible au 06 95 17 70 27.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.